Scandale des œufs contaminés: comment le fipronil a pu échapper aux contrôles

©AFP
©AFP

Le fait du jour, c’est ce mot : « fortuit ». On n’a détecté les traces excessives d’insecticide dans un échantillon en Belgique que parce qu’un producteur belge a changé de labo d’analyse et que le labo allemand qu’il a choisi détecte aussi ce composant, ce que ne demandait manifestement pas le cahier des charges de l’autocontrôle en Belgique. « C’est moins surprenant qu’à première vue », explique le professeur Pierre Van Antwerpen, doyen de la Faculté de pharmacie de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Politique