Robert E. Lee, le général sudiste à l’origine des tensions à Charlottesville… bien malgré lui

©AFP
©AFP

Ce n’est pas le déboulonnage de quelque obscur commandant de brigade qui a mis Charlottesville à feu et à sang samedi, mais de la statue équestre du général Lee, commandant en chef des armées confédérées, enfant du pays et gloire… nationale, jusqu’il y a peu !

Tragique destin que celui de Robert Edward Lee. En 1860, aux premiers bruits de la Guerre civile, le nouveau président, Abraham Lincoln, lui proposera un commandement dans les armées du Nord. Officier brillant, superintendant de l’académie de West-Point, Lee était politiquement unioniste et philosophiquement anti-esclavagiste ̶ il affranchira les 196 esclaves de sa plantation d’Arlington dès 1862. Mais il était déchiré par un double patriotisme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct