Carlo Di Antonio: «L’Afsca est un obstacle» aux petits producteurs wallons

Pour Carlo Di Antonio, si l’Europe ne conçoit pas de législation plus efficace et que l’industrie ne joue pas la transparence, il reste au consommateur à faire la loi par le choix de ses achats.©Sylvain Piraux.
Pour Carlo Di Antonio, si l’Europe ne conçoit pas de législation plus efficace et que l’industrie ne joue pas la transparence, il reste au consommateur à faire la loi par le choix de ses achats.©Sylvain Piraux.

Et si la crise du fipronil était l’occasion d’une prise de conscience ? Carlo Di Antonio, ministre wallon de l’Environnement et de la Transition écologique, est convaincu qu’il ne peut en être autrement. Une prise de conscience qui doit, assure-t-il, concerner le consommateur, l’industrie, les autorités nationales et européennes. Qui doit aussi concerner… l’Afsca, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire. Sur le sujet, Carlo Di Antonio y va cash : « Il est désormais possible de manger sainement, particulièrement en Wallonie grâce aux circuits courts. Mais le principal obstacle à leur développement est l’Afsca ».

Dans la crise actuelle, vous estimez que la Wallonie a une carte à jouer ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct