PS, on est loin du compte, mais ce n’est pas mort

© Belga
© Belga

Plombé par les affaires, choqué par les renversements d’alliances (en Wallonie en juillet, à la Communauté française en août ?), parasité par de vraies-fausses compétitions internes pour le leadership, le PS se lance dans une opération de survie de trois mois.

Elio Di Rupo, à qui échoit la responsabilité politique de tirer le parti de l’ornière, a dressé un agenda fourni pour un calendrier serré : bureau politique anticipé lundi, lancement de son ouvrage Nouvelles conquêtes , congrès de rentrée le 24 septembre, congrès idéologique le 26 novembre, réécriture de la Charte de Quaregnon de 1894, Nouveau Manifeste socialiste, débats militants dans les sections et les fédérations…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct