Abercrombie, une guitare lyrique striée d’éclairs

Un guitariste doué et modeste. John Rogers/ECM.
Un guitariste doué et modeste. John Rogers/ECM. - John Rogers/ECM.

John Abercrombie était un guitariste formidable. Une espèce de monstre composé d’une partie coltranienne dans ses envolées lyriques et d’une partie hendrixienne dans ses éclairs et ses orages soudains, et qui n’oubliait pas en même temps le jeu des grands maîtres de la guitare comme Jim Hall. Il est mort mardi dernier dans un hôpital de Peekskill, dans l’état de New York. Il avait 72 ans. Il avait connu des ennuis de santé ces dernières années et une attaque cardiaque au début de 2017.

Son dernier album, Up and coming, est sorti sur ECM en 2017. Avec Marc Copland au piano, Drew Gress à la contrebasse et Joey Baron à la batterie. Un superbe disque. Le duo rythmique sonne joyeux, serein, clair. Et la complicité, l’osmose entre le piano et la guitare est vraiment parfaite. Un bel album testament.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct