Al Gore, du rejeton fortuné au valeureux perdant

©Reuters
©Reuters

Article paru en octobre 2006

A voir Al Gore plaider pour la lutte contre le réchauffement climatique, la question revient, lancinante : le cours du monde aurait-il été complètement différent si c'était lui qui, en 2000, était devenu président des Etats-Unis ? Non qu'on imagine qu'une fois président, Al Gore n'aurait consacré son mandat à rien d'autre qu'à l'écologie. Mais parce que, comparé à George W. Bush, l'ancien vice-président de Bill Clinton dégage, tout simplement, beaucoup plus de conviction dans son intérêt pour le bien commun.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct