La saga de Grimr, entre volcan et brutalité islandaise

La saga de Grimr, entre volcan et brutalité islandaise

Calligraphiées sur parchemin entre le début du XIIe et la fin du XIVe siècle, les sagas font la fierté du peuple islandais. A l’époque médiévale, aucun autre pays européen n’a approché ni de près ni de loin la magie héroïque de ces récits en prose. Les sagas mettent l’humanité à l’épreuve du destin au travers de la vie et de la mort d’un personnage dont elles portent le nom. L’auteur conte tous les faits marquants de son existence. L’honneur et la vengeance sont les thèmes clés de ces histoires de pêcheurs, de paysans, d’hommes libres ou de hors-la-loi.

Sept siècles plus tard, Jérémie Moreau, un jeune talent du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, ressuscite le genre dans le roman graphique enluminé de La saga de Grimr. L’auteur situe l’action en 1783, dans la période où le nuage de soufre du volcan Laki ravagea l’Islande, provoquant la mort de plus de 20 % de la population.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct