«Je n’ai jamais rien choisi»

Pendant longtemps, Paul Magnette n’a pas voulu faire de politique. A 17-18 ans, il rêvait même d’être journaliste. Une idée qu’avait aussi pour lui un professeur de français qui l’a marqué : « A l’époque, j’hésitais entre enseignant et journaliste, mais lors d’une réunion de parents, ce vieux professeur de français, Jean Dujardin, m’avait dit que je devais écrire. »

Mais Paul Magnette se détourne du journalisme après un stage à La Nouvelle Gazette de Charleroi. «  C’était au moment du retour à la liberté de Paul Vanden Boeynants. C’était passionnant, mais je ne suis guère un oiseau de nuit. Or, ces anciens journalistes travaillaient surtout en fin de journée ! Je me voyais déjà père à l’époque ; père et journaliste, ça me semblait compliqué à combiner.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct