Négocation du Brexit: round 3 un brin crispé

David Davis, le secrétaire d’Etat britannique au Brexit, et le négociateur en chef européen Michel Barnier, le 20 juillet dernier à Bruxelles
: un fossé qu’il sera difficile de combler entre les attentes des uns et des autres... © Reuters.
David Davis, le secrétaire d’Etat britannique au Brexit, et le négociateur en chef européen Michel Barnier, le 20 juillet dernier à Bruxelles : un fossé qu’il sera difficile de combler entre les attentes des uns et des autres... © Reuters. - Reuters.

Négociations du Brexit, round 3. À l’amorce de ce troisième cycle, les négociateurs européens semblaient inquiets, pour ne pas dire crispés. Vendredi, ils ne savaient toujours pas si la délégation britannique serait prête à parler dès lundi, jour férié de l’autre côté de la Manche, ou attendrait mardi au risque de perdre une journée de travail.

« On ne craint pas vraiment qu’un manque de temps nous empêche d’avancer. Jusqu’ici, c’était plutôt un manque de substance qui nous en a empêchés », tance une source européenne.

Le coup d’envoi sera finalement bien donné lundi. Les négociateurs n’auront pas trop d’une journée en plus car les dernières prises de positions de Londres sur les sujets prioritaires de l’UE (les obligations financières du Royaume-Uni, le sort des citoyens et la question de la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord), en août, ont laissé les Européens pantois.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct