L’intime Festival de Namur: «Les mots donnent du sens au monde»

Céline Sallette en pleine lecture de Robin MacArthur. Un moment fort et beau. © Marie-Valentine Gillard.
Céline Sallette en pleine lecture de Robin MacArthur. Un moment fort et beau. © Marie-Valentine Gillard. - Marie-Valentine Gillard.

Pour Jean-Paul Sartre, son livre Les mots étaient comme une prise de distance avec l’écriture, comme une démystification de la littérature, aucun livre, disait-il, ne faisant le poids face aux malheurs des hommes réels. C’est paradoxalement en mots et en œuvre littéraire que le philosophe a mesuré cet écart, c’est en mots et en œuvre littéraire que Camus a montré l’absurdité du monde. C’est en mots et en œuvres littéraires que l’Intime Festival de Namur a attiré ce week-end un public si nombreux que la journée de samedi a été sold-out. C’est en écoutant des mots, des phrases, des paragraphes, des chapitres lus par des acteurs talentueux ou dits par des écrivains qui le sont tout autant lors d’entretiens publics que les spectateurs ont pu recevoir des émotions fortes, ont pu communier avec les lecteurs, les auteurs, le monde.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct