Dara Khosrowshahi, un «disrupteur» chez Uber

Daha Khosrowshahi n’hésite pas à exprimer publiquement son opposition .à la politique d’immigration de Donald Trump. © Photo News
Daha Khosrowshahi n’hésite pas à exprimer publiquement son opposition .à la politique d’immigration de Donald Trump. © Photo News - Photonews

Le présumé nouveau CEO d’Uber – l’information révélée par The New York Times dimanche n’a pas encore été confirmée par les intéressés – s’annonce comme une rupture dans la culture d’entreprise de l’américaine. Daha Khosrowshahi, 48 ans au compteur, Iranien d’origine, réputation impeccable, aura pour mission de « disrupter » (opérer de profonds changements) celle qui a bouleversé en quelques années le secteur du transport rémunéré de personnes.

C’est qu’Uber et son ancien patron (toujours fondateur) Travis Kalanick ont de sulfureuses réputations, qui commencent à peser sur les résultats et la confiance de l’actionnariat. La première est détestée des taxis et des régulateurs à qui elle donne du fil à retordre, aux quatre coins de la planète. Le second, forcé à la démission par plusieurs fonds majoritaires il y a deux mois, est accusé de sexisme et même de despotisme auprès de ses cadres supérieurs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct