Belgique-Gibraltar, le deuxième plus gros succès de l’histoire des Diables en match officiel

Meunier et Lukaku. ©EPA
Meunier et Lukaku. ©EPA

Il faut remonter au mois de février 2001 pour trouver trace d’une victoire belge avec 9 buts d’écart. C’était contre Saint-Marin, la victime préférée des Diables.

28 février 2001 : Belgique-Saint-Marin : 10-1

Cela reste la claque la plus marquante donnée par les Diables à un adversaire et la seule trace d’un doublé d’Yves Vanderhaeghe avec les Diables ! Trois autres buts de Bob Peeters, un doublé de Bart Goor et des réalisations isolées de Wilmots, Baseggio et Emile Mpenza concluent le festival noir-jaune-rouge dans leur marche vers le Mondial asiatique de 2002.

Yves Vanderhaeghe félicite Bob Peeters, auteur d’un triplé contre Saint-Marin en 2001. ©Photo News
Yves Vanderhaeghe félicite Bob Peeters, auteur d’un triplé contre Saint-Marin en 2001. ©Photo News

31 août 2016 : Belgique-Gibraltar : 9-0

Dès le coup d’envoi, les Belges se portaient vers l’avant. Une domination constante et de plus en plus intense. La balle ne quittait pas les pieds des Diables rouges. À la quinzième minute, Mertens ouvrait le score. Après les buts n’ont fait que tomber. Notons les triplés de Lukaku et de Meunier.

07 septembre 2005 : Belgique-Saint-Marin : 8-0

En pleine crise de confiance et quatre jours après une défaite amère en Bosnie-Herzégovine, la Belgique version Aimé Antheunis se rebiffe contre la doyenne des Républiques. Une victoire marquante dans les chiffres, mais bien inutile dans les faits pour une génération de Diables qui loupe pour la première fois le bon wagon pour un Mondial depuis 1978.

13 novembre 2016 : Belgique-Estonie : 8-1

Le but encaissé par Thibaut Courtois à la demi-heure empêche les Diables d’égaliser la performance des hommes d’Aimé Antheunis, mais surtout le portier belge de poursuivre sa série d’invincibilité qui durait depuis le 24 septembre soit 709 minutes de jeu sans prendre le moindre but. Pas de 24e clean-sheet sous la vareuse nationale, donc pour Courtois, mais un nouveau succès de prestige pour la bande à Martinez.

Dries Mertens avait été élu Diable du match par les supporters. ©PhotoNews
Dries Mertens avait été élu Diable du match par les supporters. ©PhotoNews

7 juin 1997 : Belgique-Saint Marin : 6-0

Belgique vs Saint Marin : acte 1. Quatre ans avant ceux de Waseige, les Diables de Leekens se jouent du micro-état grâce notamment à un doublé de Staelens et un autre d’Emile Mpenza. Une victoire précieuse dans la route vers le Mondial français de 1998.

10 octobre 2016 : Gibraltar-Belgique : 0-6

Ce déplacement à Gibraltar devrait rester pour un long moment dans l’histoire du football belge. Et pour cause, auteur d’un triplé ce soir-là, Christian Benteke devient également à Faro l’auteur du but le plus rapide de l’histoire des Diables rouges et des qualifications pour la Coupe du Monde en ouvrant le score après à peine 8,1 secondes. De quoi lancer les Diables vers un succès et effacer des tablettes Enzo Scifo et Wesley Sonck qui avaient scoré au cours de la deuxième minute respectivement face à Chypre et face à l’Estonie.

Eden Hazard et Christian Benteke n’ont jamais dû forcer leur talent pour prendre la mesure de Gibraltar. ©Photo News
Eden Hazard et Christian Benteke n’ont jamais dû forcer leur talent pour prendre la mesure de Gibraltar. ©Photo News

14 octobre 1986 : Luxembourg-Belgique : 0-6

Cela reste le plus gros succès de l’histoire du football belge dans un match officiel disputé à l’extérieur. Nico Claesen, triple buteur ce soir-là, restera comme le grand monsieur de cette rencontre. Une victoire inutile puisque des défaites en Écosse et en Bulgarie fermeront aux Diables de Guy Thys la porte de l’Euro 1988 en Allemagne de l’Ouest.

10 octobre 2014 : Belgique-Andorre : 6-0

En route pour l’Euro 2016, la Belgique de Wilmots atomise la principauté d’Andorre grâce aux buts de De Bruyne (2x), Mertens (2x), Chadli et Origi. Le plus large succès sous l’ère de Marc Wilmots.

5 juin 1957 : Belgique-Islande : 8-3

Malgré ce succès de prestige et une doublette offensive exceptionnelle composée de Rik Coppens et Denis Houf, la Belgique ne verra jamais le mondial 1958 en Suède, la faute à une lourde défaite 6-3 concédée contre la France quelques mois plus tôt.

9 octobre 1968 : Belgique-Finlande : 6-1

Enfin un beau succès qui sert les intérêts des Diables ! Vainqueur de la Finlande sur un score de tennis, les hommes de Raymond Goethals valideront par la suite leur billet pour le Mondial 1970 au Mexique en prenant notamment la mesure d’adversaires du calibre de l’Espagne et la Yougoslavie versés dans le même groupe qualificatif que nos Diables.

27 octobre 1965 : Belgique-Bulgarie : 5-0

Les victoires sur un score de forfait sont récurrentes dans le livre d’or des Diables (Israël 65, Luxembourg 67, Luxembourg 89, Macédoine 95, Chypre 2015), mais celle contre la Bulgarie reste étonnamment un mauvais souvenir. Malgré ce succès marqué du sceau de Paul Van Himst, les Diables de Constant Vanden Stock terminent à égalité avec leur adversaire du soir en tête de leur groupe qualificatif pour le Mondial 1966 en Angleterre. Les deux équipes se disputeront un match de barrage à Florence pour les départager, que les Bulgares remporteront (2-1). Tout ça pour ça…

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€
    le 1er mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Diables rouges