Un «plan industriel bruxellois» sera bientôt sur les rails

Hors de question, pour le ministre Défi, de finir la législature «
sans souffle
»
: au contraire, «
on risque d’être essoufflé vu la tâche qui nous attend
». ©Sylvain Piraux. Le Soir.
Hors de question, pour le ministre Défi, de finir la législature « sans souffle » : au contraire, « on risque d’être essoufflé vu la tâche qui nous attend ». ©Sylvain Piraux. Le Soir. - sylvain piraux.

J e ne m’inscrirai pas dans les épisodes politiques de l’été. Maintenant c’est : au travail ! Dans le respect des Bruxellois et Bruxelloises, nous n’avons pas de temps à perdre dans des jeux politiques. Il y a du travail à accomplir et beaucoup. » Didier Gosuin, le ministre bruxellois de l’Economie et de l’Emploi (Défi), fait sa rentrée politique dans Le Soir et son message est clair : il n’a pas de temps à perdre « en discutailleries, en pinailleries, à tirer la barbichette de l’un et de l’autre ». Il ne veut en aucun cas d’une poursuite « sans souffle » de la législature – ce que certains redoutent suite à l’appel du CDH, resté lettre morte en Région bruxelloise, de gouverner sans le PS –, que du contraire : « On risque d’être essoufflé vu la tâche qui nous attend. » Une tâche qu’il propose même d’amplifier sur certains points (lire ci-dessous).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct