Plus de médecins retraités que de nouveaux

D’où provient la pénurie de médecins ? Nous avons posé la question au professeur émérite Denise Deliège, chercheur au Centre d’information sur les professions médicales et paramédicales (UCL). « Chaque année, explique-t-elle, les nouveaux diplômés en médecine remplacent grosso modo leurs aînés qui ont été promus 40 ans auparavant et qui prennent leur retraite ». Un comparatif des entrées et sorties donne ces tendances : de 1996 à 2003, le nombre de nouveaux diplômés dépassait très largement celui des retraites attendues (+70 % du côté francophone, + 200 % du côté néerlandophone). De quoi faire face à la croissance de la demande de soins et, par exemple, à la baisse du temps de travail des médecins. Par contre, « de 2004 à 2015, suite au numerus clausus, les nouveaux diplômés n’excédaient plus les sorties que de 10 % parmi les francophones mais tout de même de 100 % au nord du pays. ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct