Pénurie programmée de médecins généralistes

© Le Soir / Bruno D’Alimonte.
© Le Soir / Bruno D’Alimonte.

Planification, cohorte, force de travail, quotas… S’intéresser aux politiques de soins de santé aujourd’hui, c’est se heurter à un glossaire davantage inspiré par les grandes heures du soviet suprême que par une gouvernance capitaliste. La planification médicale a beau avoir été portée par une majorité de centre-gauche (Dehaene en 1997) pour tenter de contrôler les dépenses de santé, l’actuel gouvernement de centre-droit en a fait sa meilleure alliée pour, lui aussi, essayer d’endiguer l’explosion des dépenses dans le secteur. Avec un constat : en vingt ans, on a surtout réussi à créer un sentiment de pénurie. Et dans les vingt prochaines années, on va littéralement assécher l’offre médicale, particulièrement en Belgique francophone. Pourtant… on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct