Les Diables avec Martinez après la Russie: mission impossible

Les Diables avec Martinez après la Russie: mission impossible

Le mot de trop. La phrase qui ouvre la porte à toutes les interprétations. Le propos qui ne peut que déplaire aux grands patrons, à commencer par Bart Verhaeghe et Mehdi Bayat. Car le sujet est tabou. Classé dossier sensible. Presque au cœur du secret défense.

Il y a un an, le duo qui préside la Commission technique avait déjà pris tout son monde de cours en signant l’ancien entraîneur de Wigan et d’Everton. Du lourd, du très lourd pour une équipe nationale habituée aux solutions maison avec des enfants du pays (Advocaat étant la seule exception à la règle depuis près de six décennies).

Mais que venait donc faire Roberto Martinez à la tête des Diables rouges ? Une fois n’est pas coutume, l’argument du défi sportif n’était vraiment pas que de l’eau tiède pour journalistes crédules. A 850.000 euros par an, on était loin des tarifs pratiqués outre-manche et de ses 12 millions de dédit encaissés pour son C4 à Everton.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct