Face à la mer, il faut une nouvelle stratégie migratoire

© EPA
© EPA

Correspondante à Bruxelles pour le journal El Païs

La mer ne reconnaît aucune frontière. Tout comme les raisons qui jettent des individus sur les routes de l'exil. Tout pays qui a été un jour confronté à l'immigration devrait se souvenir de ces deux principes, qui trouvent aujourd'hui, plus que jamais, écho en Espagne. Depuis des années, le gouvernement de Mariano Rajoy clame que les bons offices diplomatiques poursuivis en Afrique ont protégé le pays des épidémies migratoires, comme celle dont souffre sa voisine italienne. Néanmoins, la situation risque de changer. Alors que l'exode vers les côtes italiennes ralentit, les arrivées sur le littoral espagnol quadruplent. Il faut que le discours politique change, et surtout, que les responsables réalisent une bonne fois pour toutes que les enjeux soulevés par l'immigration ne peuvent être abordés indépendamment les uns des autres.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct