Les trois erreurs fatales à Napoléon

Les trois erreurs fatales à Napoléon

Le 18 juin 1815, le rideau tombait sur la tragique épopée napoléonienne. Battu, et même écrasé, à Waterloo, l’empereur allait devoir abdiquer, pour la deuxième fois, quatre jours plus tard et embarquer pour Sainte-Hélène.

Depuis, une question hante les historiens : Napoléon pouvait-il gagner malgré la supériorité numérique des troupes anglaises et prussiennes (qui comprenaient des Belges et des Hollandais) : 215.000 hommes contre 125.000 ?

Sans doute… Sauf que, 48 heures plus tôt, il avait déjà perdu.

Trois erreurs avaient, en effet, été commises.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct