Philippe Mercenier: «Il faut parfois savoir crier»

A chaque obstacle, une solution. Philippe Mercenier et le collectif citoyen auquel il participe multiplient les initiatives. © Pierre-Yves Thienpont.
A chaque obstacle, une solution. Philippe Mercenier et le collectif citoyen auquel il participe multiplient les initiatives. © Pierre-Yves Thienpont. - Pierre-Yves Thienpont.

«  NOUS N’AVONS PAS D’POGNON MAIS DES PUTAINS D’IDÉES. » Les bonnes formules manquent rarement à Philippe Mercenier que ce soit dans la « vraie vie » ou sur une page Facebook, celle, en l’occurrence qui mobilise quotidiennement ses 1.700 contacts pour venir en aide aux migrants du parc Maximilien. L’homme de 59 ans est la paradoxale figure de proue d’un collectif sans nom qui organise à travers la Wallonie des collectes pour distribuer vivres, vêtements et sacs de couchage au parc bruxellois. Créatif et innovant, le réseau multiplie les initiatives.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct