Choisir sa coalition par vote, une idée «juridiquement fragile et qui pose beaucoup de questions»

Christian Behrendt (ULg).
Christian Behrendt (ULg). - Michel Tonneau.

Dans Le Soir de ce lundi, les chefs de file du CDH bruxellois (Hamza Fassi-Fihri, vice-président du CDH, Benoît Cerexhe, chef de groupe au parlement bruxellois et Céline Frémault ministre bruxelloise) annoncent que leur parti veut permettre à l’électeur d’indiquer, au moment où il vote, son choix de coalition préférée. Une idée qui permettrait, selon eux, de rendre « rendre le pouvoir au citoyen ».

Une proposition inédite. Et réalisable ?

Des questions juridiques

Nous avons demandé à Christian Behrendt, constitutionnaliste à l’ULg, d’en analyser les vertus et les vices. « C’est bien de venir avec des nouvelles idées. Il faut les prendre au sérieux pour les analyser », précise-t-il d’emblée. Avant de formuler une série d’objections au plan juridique et philosophique.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct