Anderlecht: Nicolas Frutos, un héron qui prend son envol

Dans le staff depuis 2015. @News
Dans le staff depuis 2015. @News

Quand, comme Nicolas Frutos, tu es forcé de stopper ta carrière sur blessure à 29 ans après avoir été l’idole de tout un stade, tu le vis généralement comme une petite mort. Davantage que ces joueurs qui arrêtent, une fois atteint la limite d’âge. Eux ont pu se préparer à l’inéluctable. «  La seule chose qui me manque ? Peut-être un peu plus d’argent. Mais c’est normal quand, comme moi, on est obligé d’arrêter alors que les meilleures années doivent encore venir  », avait-il déclaré en 2015 alors qu’il occupait le poste d’entraîneur de la réserve de l’Olimpia Asuncion, au Paraguay.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct