Ali, réfugié soudanais: «Je pensais qu’en Europe, on serait accueillis…»

Ali a peur d’être identifié. Il ne veut pas non plus causer d’ennuis à la famille bruxelloise qui l’héberge.
Ali a peur d’être identifié. Il ne veut pas non plus causer d’ennuis à la famille bruxelloise qui l’héberge. - V.K.

Appelons le Ali. Jeans et t-shirt noirs, il est installé dans le canapé d’une jolie maison bruxelloise. Ali est Soudanais, et le jeune couple belge qui vit dans cette maison a choisi de l’accueillir avec trois autres de ses compatriotes dans les chambres libres à l’étage. Pour qu’ils puissent souffler, se reposer, et échapper aux opérations de police chargée de «nettoyer» le parc Maximilien de ses migrants.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct