Comment l’Allemagne a dit adieu au nucléaire

Contrairement aux idées reçues, l’utilisation du charbon n’a pas augmenté ces dernières années. En 2000, 50,5
% des électrons allemands étaient produits à l’aide de charbon. En 2016, ce taux a chuté à 40,3
%. ©Reuters
Contrairement aux idées reçues, l’utilisation du charbon n’a pas augmenté ces dernières années. En 2000, 50,5 % des électrons allemands étaient produits à l’aide de charbon. En 2016, ce taux a chuté à 40,3 %. ©Reuters - Reuters.

Parlez « politique énergétique » avec un expert du secteur. A un moment, il abordera le cas allemand. Pour le citer en exemple, en applaudissant l’envol du renouvelable. Ou pour le décrier, en dénonçant les polluantes centrales au charbon. Des Verts aux lobbyistes nucléaires, tout le monde a son mot à dire sur la transition allemande. En lui prêtant des vices. Ou des vertus. Tentative d’objectivation.

1

La fin du nucléaire

L’Allemagne a un point commun avec la Belgique : elle a coulé dans une loi un calendrier de sortie du nucléaire.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct