La couture, un passe-temps qui pique la curiosité

L’intérêt pour la couture a connu un regain ces dernières années. © Bruno Dalimonte.
L’intérêt pour la couture a connu un regain ces dernières années. © Bruno Dalimonte. - bruno dalimonte

Ringarde, la couture ? Pas du tout, elle pique au contraire la curiosité de nombreuses femmes. « Depuis 4 ou 5 ans, on assiste à un regain extraordinaire pour l’artisanat et le fait main, explique Vanessa Neirynck, gérante de la mercerie Wonderland à Bruxelles. Couture, tricot et crochet sont en vogue auprès de toutes les classes sociales. » Si l’âge moyen des couturières en herbe se situe entre 30 et 50 ans, les ados aussi se passionnent pour le fil et le tissu.

La raison de cette tendance ? La quête d’une « reconnexion » avec le travail des mains. Mais également, « par souci d’économie et d’écologie, de s’inscrire dans la slow-fashion, autrement dit comprendre comment se fait un vêtement et donner de la valeur à sa garde-robe en étant fière des habits que l’on a créés soi-même », poursuit-elle.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct