La Belgique, ses amours et ses tracas, sous la plume des écrivains arabes

Publié en arabe dans un premier temps, le livre rassemble dix-sept plumes originaires du Maroc, d’Irak, de Syrie, de Palestine d’Egypte et du Soudan. © Karim Abraheem.
Publié en arabe dans un premier temps, le livre rassemble dix-sept plumes originaires du Maroc, d’Irak, de Syrie, de Palestine d’Egypte et du Soudan. © Karim Abraheem. - dr.

Ils ont posé leur valise à Ostende, Bruxelles, Liège, Anvers, ou Leuven. Quelques-uns depuis vingt ans, d’autres depuis la crise en Syrie. Tous ont en commun d’être reconnus dans le monde arabe en tant qu’auteur édité à Casablanca ou à Beyrouth. Le poète et écrivain marocain Taha Adnan les a rassemblé pour un ouvrage collectif, Ceci n’est pas une valise paru aux éditions La croisée des chemins. « On se retrouve régulièrement entre écrivains d’expression arabe. On commence à être de plus en plus en Belgique, on s’échange des idées, on se demande des avis, des renseignements, on revoit l’actualité du monde arabe autour d’un verre ou d’un repas. J’ai vu cette dynamique et j’ai proposé d’écrire un texte narratif sur le pays. L’idée a rencontré un bon accueil chez les amis et on a commencé à écrire. »

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct