La traque sans précédent de la communauté LGBT en Egypte

Le concert du groupe libanais de rock alternatif Mashrou’ Leila qui a mis le feu aux poudres au Caire le 22 septembre, quand des LGBT ont brandi des drapeaux de leur cause...
Le concert du groupe libanais de rock alternatif Mashrou’ Leila qui a mis le feu aux poudres au Caire le 22 septembre, quand des LGBT ont brandi des drapeaux de leur cause... - Benno Schwinghammer/Reporters/DPA .

Une vague répressive sans précédent vise la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) en Égypte depuis deux semaines. Depuis, en fait, le soir du 22 septembre dernier, lorsque le groupe libanais Mashrou’ Leila, dont le chanteur est un homosexuel assumé, avait donné un concert au Caire devant une foule enthousiaste de 30.000 personnes. Quelques-unes d’entre elles avaient eu l’audace de brandir le célèbre drapeau arc-en-ciel de la cause LGBT. L’événement avait suscité de hargneuses réactions sur les réseaux sociaux, une vague sur laquelle des responsables politiques, religieux et des médias avaient ensuite surfé, exigeant des sanctions contre les responsables de cette « débauche », cette « perversion » ou cette « déviance », comme est d’ordinaire qualifiée l’homosexualité en Égypte (et ailleurs dans le monde arabo-musulman).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct