Cela s’est passé un 5 octobre 2015: «Chantal Akerman est passée de l’autre côté»

Chantal Akerman laisse un cinéma vivant et novateur. © AFP
Chantal Akerman laisse un cinéma vivant et novateur. © AFP

(article paru le 7 octobre 2015)

Chantal Akerman préparait une version personnelle de L’idiot, de Dostoïevski avec Stanilas Merhar. Elle voulait tourner des préséquences en août. Elle avait aussi carte blanche pour réaliser un documentaire en Israël pour Arte. «  Elle voulait y aller sans idée préconçue. Tourner quelque chose en rapport avec le mur, avec les exclus de tous bords mais elle disait : Je ne peux pas en dire plus car c’est quelque chose que je dois sentir sur place. C’est le genre de phrase qui ne passe pas sauf quand on s’appelle Chantal Akerman », nous a confié, effondré, son producteur Patrick Quinet qui fut aussi son premier assistant-réalisateur à l’époque où la cinéaste belge tournait Portrait d’une jeune fille de la fin des années 60 à Bruxelles.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct