Pourquoi l’armée peine à recruter et à garder ses jeunes

L’armée a besoin de sang neuf pour faire face aux départs massifs de militaires âgés, attendus dans les prochaines années. © René Breny.
L’armée a besoin de sang neuf pour faire face aux départs massifs de militaires âgés, attendus dans les prochaines années. © René Breny. - rené breny.

Officiellement, les opérations commencent mercredi avec la présentation de tous les postes à pourvoir. Néanmoins, la Défense a déjà annoncé que pour 2018, elle compte recruter 1.570 nouveaux militaires. Soit 35 % de plus que pour l’année en cours où le chiffre de 1.160 avait été fixé. Un recrutement qui touche les trois catégories de personnel : officiers, sous-officiers et soldats/matelots. Et ce, en dépit de la réduction prévue des effectifs d’ici à 2030 et des très nombreux départs à la pension attendus.

« Le nombre de places pour les sous-officiers reste élevé avec 600 places et le nombre de fonctions ouvertes pour les matelots et soldats est en nette recrudescence, précise la Défense en réservant ses explications pour une conférence de presse donnée mercredi. Il a pratiquement doublé pour cette catégorie de personnel en 2018. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct