Vandendriessche (Deloitte Belgique): «On ne peut pas être contre la transparence, c’est clair»

Piet Vandendriessche dirige Deloitte Belgique depuis juin 2016. © P.-Y. Thienpont.
Piet Vandendriessche dirige Deloitte Belgique depuis juin 2016. © P.-Y. Thienpont. - P.-Y. T.

Piet Vandendriessche est un CEO plutôt heureux. Sur le dernier exercice (2016-2017), Deloitte Belgique a réalisé un chiffre d’affaires de 480 millions d’euros, en hausse de 11 %. Et après avoir recruté plus de 900 nouveaux collaborateurs l’an dernier, le cabinet d’audit et de conseil devrait en engager le même nombre cette année. Pour autant, tout n’est pas rose. Les scandales à répétition (« Lux Leaks », « Panama Papers »…) ont mis en lumière les pratiques au mieux peu éthiques, au pire illégales de la grande nébuleuse des conseillers fiscaux. Un peu partout de nouvelles réglementations fleurissent pour insuffler davantage de transparence. Les « Big Four » (Deloitte, E&Y, PwC et KPMG) n’échappent pas à la critique.

Conseil fiscal, audit, comptabilité… Est-ce que vous n’avez pas trop de casquettes ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct