Autopsie d’une rupture avec le milieu familial

Une carte du monde comme les braises d’un feu qui couve, dans les ruines d’un plateau de télévision pour débat électoral. © Estelle Rullier
Une carte du monde comme les braises d’un feu qui couve, dans les ruines d’un plateau de télévision pour débat électoral. © Estelle Rullier

« Il me fut plus facile d’écrire sur la honte sexuelle que sur la honte sociale  », écrit Didier Eribon dans Retour à Reims . Dans cet essai autobiographique, le sociologue et philosophe français – auteur notamment de Réflexions sur la question gay – rouvre des chapitres de sa vie qu’il avait mis sous scellé pour mieux se réinventer. S’il a rompu avec son milieu pour vivre à Paris, était-ce pour vivre librement son homosexualité, comme il l’a longtemps cru, ou pour fuir ses origines, une vie misérable, et le boulet du déterminisme social ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Scènes
    • Backstage- Crédit Hichem Dahes

      Fiche Backstage Turbulences en coulisses

    • d-20191007-3WHP1Z_high

      Fiche Le chant des ruines Fenêtre sur un sombre futur

    • ef9f36_5150123e370743518fd8d903366414b0_mv2

      Fiche Phèdre! Un humour réjouissant

    • Dans quelles conditions concrètes les artistes ont-ils la possibilité d’évaluer le travail de leurs pairs
? Pour illustration, un scène de «
Paying for it
» (Collectif La Brute), au Théâtre national.

      Instances d’avis: le chemin reste tortueux