Encore un temps d’arrêt

@AFP
@AFP

Un corner rapidement joué entre Kevin De Bruyne et Thomas Meunier, suivi d’un centre millimétré du Parisien pour Axel Witsel qui exécute une délicieuse reprise acrobatique pour lacérer le moral des Gibraltariens à Sclessin : l’image est superbe… et suffisamment rare pour être soulignée. Car si le bilan comptable de Roberto Martinez en éliminatoires de la Coupe du monde 2018 est empreint d’un solide enthousiasme, il reste évidemment quelques points d’interrogation autour du jeu des Diables rouges, à un peu plus de huit mois du début de la compétition.

À commencer par l’efficacité de l’équipe sur les phases arrêtées, une arme devenue très importante, voire primordiale, dans le football moderne et qui n’est toujours pas exploitée à sa juste valeur sous la tutelle du coach catalan.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct