Georges Grün: «Ces Diables-là doivent viser le dernier carré»

Georges Grün: «Ces Diables-là doivent viser le dernier carré»

L’épopée de Mexico ‘86 est née par une soirée glaciale de novembre ‘85, à Rotterdam. Georges Grün y avait réchauffé l’enthousiasme de la Belgique, d’un coup de tête rageur qui avait figé le Kuip. Trois décennies plus tard, la Belgique du foot aspire à revivre des moments aussi intenses, grâce à la génération la plus talentueuse que notre pays ait jamais portée.

Pour cette génération dont les bottines colorées offrent aussi des reflets dorés, la Russie sera le troisième rendez-vous à honorer, avec ponctualité et efficacité, après le Mondial au Brésil et l’Euro en France. Chacun en convient, à commencer par les joueurs eux-mêmes, il est désormais temps de franchir un palier, de réussir une performance qui frappe les imaginations, histoire de gommer la déception née du couac contre le pays de Galles, il y a quinze mois, et surtout d’intégrer avec franchise le top mondial. Lors d’un grand rendez-vous, pas seulement dans le ranking FIFA.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct