Le meurtre de Kim Wall au Danemark, un véritable polar nordique

Le 10 août dernier, Peter Madsen (à g.) avait été secouru par la Défense danoise après le naufrage de son sous-marin. Le tronc de Kim Wall avait été retrouvé onze jours plus tard, poignardé 14 fois. © Reuters.
Le 10 août dernier, Peter Madsen (à g.) avait été secouru par la Défense danoise après le naufrage de son sous-marin. Le tronc de Kim Wall avait été retrouvé onze jours plus tard, poignardé 14 fois. © Reuters. - reuters.

Ces colonnes racontaient, il y a quelques jours, l’échec d’une tentative de meurtre en plein ciel commise par un parachutiste britannique dont la compagne a réchappé au sabotage désordonné de son parachute. Le Danemark, lui, est confronté depuis le 10 août à un meurtre « sous la mer » imputé au fantasque inventeur Peter Madsen, créateur du sous-marin « Nautilus UC-3 » et qui ambitionnait de concevoir la première fusée danoise, susceptible, selon ses propos, de hisser le petit royaume nordique au rang des puissances spatiales. Cette prétention lui valait le surnom médiatique de « Rocket Madsen ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct