Cela s’est passé un 11 Octobre 2013: «Val Saint Lambert: une faillite tous les six ans»

Faut-il encore mettre la main au portefeuille pour sauver le Val? © Michel Tonneau
Faut-il encore mettre la main au portefeuille pour sauver le Val? © Michel Tonneau

(article paru le 19 Octobre 2013)

Dix-neuf cent nonante-cinq : l’Anversois Patrick Depuydt, qui avait repris la manufacture huit ans plus tôt, jette le gant et laisse une créance publique de 180 millions de francs.

En 2002, c’est au tour de la Région de déclarer forfait après sept années d’intérim : l’entreprise est mise en liquidation et sauvée in extremis par Sylvie Henquin. Mais ce sursis n’est que provisoire puisqu’en 2008, après avoir investi des millions d’euros dans la cristallerie, la Française est contrainte à son tour de déposer le bilan.

Et voilà que cinq ans après, c’est le tandem Onclin-Grivegnée qui fait aveu de faillite, laissant une ardoise de 7,5 millions d’euros.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct