Comment Ocampo a limité les pouvoirs de contrôle de la Cour pénale internationale

©Reuters
©Reuters

Selon les documents obtenus par Mediapart et analysé par l’European Investigative Collaborations (EIC, dont Le Soir fait partie), l’ancien procureur général, Luis Moreno Ocampo, avait, lorsqu’il était en poste, organisé son impunité. Quinze ans après sa mise en place, la Cour ne dispose toujours pas d’instruments efficaces lui permettant de préserver son intégrité. Ceux qui pensent soutenir la Cour en lui donnant carte blanche ont évoqué un « Ocampogate ». Mais nos publications dépassent largement les actes de l’ancien procureur.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct