Conservation: le tamarin sauvé des eaux?

Tout n’est pas catastrophique dans l’univers des singes. Certaines mesures de protection s’avèrent efficaces. Le tamarin lion doré en sait quelque chose. Au milieu des années 80, il ne restait que deux centaines d’individus dans des forêts côtières de l’est du Brésil largement grignotées par la déforestation. Proche de l’extinction. Une campagne de protection des habitats et des derniers spécimens a été lancée avec la création d’une réserve naturelle. Ces efforts se sont doublés du relâchage d’individus élevés en captivité. Aujourd’hui, plus de 3.000 de ces petits singes à la bouille sympathique sont dans la nature brésilienne. « La réintroduction n’est certainement pas la panacée, dit un biologiste. C’est par exemple inutile si les écosystèmes sont trop dégradés ». Elle est notamment bien plus hasardeuse et coûteuse que les mesures de prévention et de protection des habitats. Mais parfois, ça marche.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct