Gauguin, un créateur multimédia

Paul Gauguin, «
Soyez mystérieuses
», 1890, bois de tilleul gravé et partiellement polychrome. © Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay)/Tony Querrec
Paul Gauguin, « Soyez mystérieuses », 1890, bois de tilleul gravé et partiellement polychrome. © Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay)/Tony Querrec

Avant même son ouverture, l'exposition Gauguin au Grand-Palais faisait figure d'événement majeur de la rentrée artistique. A raison. Depuis mercredi, on peut en effet découvrir à quel point le travail des commissaires Claire Bernardi et Ophélie Ferlier-Bouat est parvenu à mettre en évidence la multiplicité des talents de l'artiste. Le parcours est imposant avec 230 oeuvres venues des plus grands musées et collections particulières à travers le monde. Mais ce qui frappe surtout, c'est sa diversité. Dans Gauguin l'alchimiste,on croise 54 peintures, 29 céramiques, 35 sculptures et objets, 14 blocs de bois, 67 gravures et 34 dessins de la main de l'artiste. Avec en prime des lettres, journaux, revue subversive ainsi que de nombreuses oeuvres d'autres créateurs qui l'influencèrent ou le cotoyèrent.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct