Comment sauver le Brexit du naufrage en cinquante jours à peine

Un accord global doit être trouvé, signé et approuvé, au plus tard endéans les deux ans après la notification de la décision britannique de larguer les amarres avec l’UE. C’était le 29 mars dernier. © afp.
Un accord global doit être trouvé, signé et approuvé, au plus tard endéans les deux ans après la notification de la décision britannique de larguer les amarres avec l’UE. C’était le 29 mars dernier. © afp.

Plus de cent jours de négociation du divorce entre l’Union européenne et le Royaume-Uni, et toujours aucun accord. Le sommet des chefs d’Etat ou de gouvernement de l’UE a officiellement confirmé vendredi ce douloureux constat, devenu évident ces derniers jours. Prochaine étape : le Conseil européen des 14 et 15 décembre. Soit à peine dans cinquante jours, environ. Les 27 leaders européens devront alors déterminer si les progrès sont enfin « suffisants » pour entamer l’esquisse d’une nouvelle relation avec Londres – un mandat sur lequel ils devront encore s’accorder et préserver leur unité : ce « sera plus difficile à négocier », a déjà reconnu au sommet la chancelière allemande Merkel.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct