Meurtre de la journaliste maltaise: des regards soupçonneux restent braqués sur les autorités

Le Parlement européen a observé une minute de silence en hommage à Daphne Caruana Galizia, mardi à Strasbourg. Parmi les participants à la cérémonie, les trois fils de la journaliste maltaise assassinée, Andrew, Paul et Matthew (en médaillon).
Le Parlement européen a observé une minute de silence en hommage à Daphne Caruana Galizia, mardi à Strasbourg. Parmi les participants à la cérémonie, les trois fils de la journaliste maltaise assassinée, Andrew, Paul et Matthew (en médaillon). - Reuters.

Malte n’est pas près de voir se détourner les regards suspects, une semaine après le meurtre de la journaliste d’investigation connue pour ses révélations sur la corruption et le blanchiment, Daphne Caruana Galizia.

Annonçant que la salle de presse du Parlement européen à Strasbourg serait nommée en hommage à Daphne Caruana Galizia, le président de l’institution, l’Italien Antonio Tajani, a appelé l’île à s’allouer les services d’Europol, l’office européen de police, dans l’enquête sur le meurtre de la journaliste. Le premier vice-président de la Commission, Frans Timmermans, a dit soutenir cet appel lors d’un débat sur la protection des journalistes à Malte, mardi soir au Parlement européen, en présence des enfants de Daphne Caruana Galizia.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct