La Cité ardente, où le PS sent le souffle du PTB dans son dos

Willy Demeyer (PS), bourgmestre sortant, se mesurera en octobre 2018 à Raoul Hedebouw (PTB). © Photo News et Belga.
Willy Demeyer (PS), bourgmestre sortant, se mesurera en octobre 2018 à Raoul Hedebouw (PTB). © Photo News et Belga.

L’échéance de 2018 n’aurait dû être qu’une formalité pour le PS liégeois. Premier parti de la Cité ardente, il devait se présenter à l’électeur avec la quasi-certitude d’être reconduit pour six ans à la tête de la ville. Et puis il y eut Publifin…

Le scandale des comités de secteur et de l’intercommunale « usine à gaz » mise en place par Stéphane Moreau a produit un effet d’accélération sur une tendance amorcée dès 2014 : l’effritement du socle électoral socialiste au profit d’une force montante à la gauche, le PTB.

Les chiffres parlent mieux qu’un long discours. Ainsi en 2012, la liste emmenée par Willy Demeyer récoltait encore 37,95 %. Soit autant qu’en 2006. A sa gauche, l’émergence du PTB, constatée quelques années plus tôt, trouvait confirmation à l’occasion du scrutin local : 6,41 %. Soit un écart de 31,54 %.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct