La santé mentale des réfugiés est aussi un gage de sécurité

«
Le vécu d’une situation de détresse sociale et économique, d’une grande incertitude quant à l’avenir, d’une oisiveté quotidienne sont des facteurs généralement pointés comme accroissant la perméabilité aux idéologies radicales caractéristiques des nouveaux arrivants.
» © Pierre-Yves Thienpont/Le Soir.
« Le vécu d’une situation de détresse sociale et économique, d’une grande incertitude quant à l’avenir, d’une oisiveté quotidienne sont des facteurs généralement pointés comme accroissant la perméabilité aux idéologies radicales caractéristiques des nouveaux arrivants. » © Pierre-Yves Thienpont/Le Soir. - Pierre-Yves Thienpont/Le Soir.

Les demandeurs d’asile représentent-ils une menace pour la sécurité du pays ? La question, posée dans la foulée des attentats de Paris, avec l’inquiétude que des terroristes se soient cachés dans le flux des réfugiés, a été étudiée par la commission d’enquête attentats, qui présente son rapport ce jeudi à la Chambre. Résultat : même si les acteurs en présence peuvent encore optimiser le partage d’informations, les screenings montrent que les cas de radicalisme sont extrêmement marginaux.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Politique