Noir Jaune Blues, et après? A Braine-le-Comte, «rendre la parole au citoyen»

A Braine-le-Comte, les citoyens de l’habitat groupé d’Henripont ont partagé avec nous leurs idées d’avenir. © DOMINIQUE DUCHESNES
A Braine-le-Comte, les citoyens de l’habitat groupé d’Henripont ont partagé avec nous leurs idées d’avenir. © DOMINIQUE DUCHESNES

Petite ville tranquille d’un peu moins de 25.000 habitants, assoupie au bord de la grand-route, entre Mons et Bruxelles, Braine-le-Comte a perdu ses verreries et ses tuileries dans la désindustrialisation de la Wallonie. Aujourd’hui, les Brainois vont chercher du travail à Bruxelles et font leurs courses aux galeries des Grands Prés de Mons ou du Shopping de Nivelles.

La principale artère commerçante de Braine, la rue de la Station, entre la Grand-Place et la gare, a vu des dizaines d’enseignes baisser définitivement le volet. Quant à la gare, l’une des plus anciennes d’Europe, elle regarde passer trois à cinq mille navetteurs par jour mais les quais font pitié et les bâtiments sont en grande partie à l’abandon.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct