Les héros de Braine: Anne, en terre étrangère à la gare

Anne dans son Studio photo de Braine-le-Comte, en face de la Grand-Place.
Anne dans son Studio photo de Braine-le-Comte, en face de la Grand-Place. - Dominique Duchesnes.

Pour Anne Vanderbecq, si une majorité de Belges se sentent menacés dans leur identité, c’est aussi parce que nous avons perdu le sens de la convivialité. Elle a succédé à ses beaux-parents dans le principal Studio de photographie de Braine-le-Comte, il y a un quart de siècle. A l’époque, tout le monde se retrouvait sur la Grand-Place les jours de marché et de foires. Aujourd’hui, le centre-ville a vu énormément de vitrines se vider définitivement. Ces fermetures en cascade entretiennent le sentiment d’abandon et d’insécurité des habitants. Quant aux nouveaux venus, les centaines de Bruxellois fraîchement installés dans les lotissements des Hauts de Braine, aux Terrasses de Braine, aux résidences Le Moulin, Laroche ou la Tour, Anne ne les voit pas.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct