lesoirimmo

Un an requis contre le professeur emblématique du Télévie

Depuis la dénonciation des faits, Vincent Castronovo a suivi un coaching en gestion des ressources humaines. © jlwertz.
Depuis la dénonciation des faits, Vincent Castronovo a suivi un coaching en gestion des ressources humaines. © jlwertz. - jlwertz.

Une peine d’un an de prison a été requise, ce vendredi au tribunal correctionnel de Liège, à l’encontre de Vincent Castronovo, professeur de l’ULiège qui a créé, en 1992, le laboratoire de recherche sur les métastases. Le ministère public estime que cette figure emblématique du Télévie est coupable de harcèlement moral à l’encontre de trois chercheuses. L’université de Liège est citée comme responsable sur le plan civil.

A l’audience, tout le monde s’est montré d’accord sur un point : le professeur Castronovo, 58 ans, est un chercheur « brillant, créatif, hypercompétent », qui a amené beaucoup à la recherche contre le cancer. Mais derrière son indéniable dévouement dans la lutte contre le cancer se cacherait un tyran, selon les trois plaignantes et onze autres anciens employés qui ont remis leurs témoignages écrits. Un « Dr Jekyll et Mr Hyde », a résumé Me  Gilissen, qui représentait deux des plaignantes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct