John Edgar Wideman: «L’Amérique est un grand empire fragile»

John Edgar Wiseman, hanté par Emmet Till. © J. Sassier/Gallimard.
John Edgar Wiseman, hanté par Emmet Till. © J. Sassier/Gallimard.

Le slogan d’Obama, « Yes we can », l’a hissé à la présidence des États-Unis. Un symbole fort qui n’a hélas point endigué le racisme enraciné dans l’histoire de son pays. John Edgar Wideman ne cesse de le pointer à travers ses romans, ses nouvelles ou ses essais, à tonalité autobiographique. Né en 1941, il a grandi dans le ghetto noir de Pennsylvanie. Une bourse à Oxford lui a permis de prendre son envol, mais il n’a jamais tourné le dos à ses origines.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct