Logan Lucky vaut mieux que les trois «Ocean’s» réunis

<span>Logan Lucky</span> vaut mieux que les trois «Ocean’s» réunis

Depuis l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, le « redneck » est à la mode. Soudain, tout le monde s’est mis à l’écoute de cette « Amérique profonde », jadis snobée, sinon moquée par le tout Hollywood.

Voici donc Steven Soderbergh qui suit le mouvement et réalise un film de braquage façon bras cassés mais avec du cœur, l’histoire de deux frangins n’ayant plus grand chose à perdre qui décident de voler les recettes de la plus grosse course automobile de l’année. En somme, un Ocean’s 7 Eleven (comme joliment résumé en auto-référence dans le film) qui parvient à faire mouche.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct