Il y a 100 ans, Londres posait les bases d’un Etat juif en Palestine

«
Celui qui ne possédait pas offrait à celui qui ne méritait pas
»
: ces étudiantes palestiniennes commémorent la déclaration Balfour à leur manière, à Naplouse ce mercredi. © Alaa Badarneh/EPA.
« Celui qui ne possédait pas offrait à celui qui ne méritait pas » : ces étudiantes palestiniennes commémorent la déclaration Balfour à leur manière, à Naplouse ce mercredi. © Alaa Badarneh/EPA. - Alaa Badarneh/EPA.

Il y a cent ans, le 2 novembre 1917, en plein premier conflit mondial, la Grande-Bretagne, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Arthur Balfour, laissait à la postérité une « déclaration » par laquelle elle affirmait envisager « favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif », et disait qu’elle « emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif ». La phrase, unique, se poursuivait par cette précision : « étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existantes en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct