Bruxelles, depuis toujours, terre d’exil pour réprouvés

Puigdemont à Bruxelles. ©Reuters
Puigdemont à Bruxelles. ©Reuters

Il l’a affirmé mardi : Carles Puigdemont ne compte pas, à ce stade, demander le statut de réfugié politique en Belgique. Le président indépendantiste catalan destitué par Madrid n’entend pas pour autant rentrer tout de suite dans son pays, où la justice espagnole a entamé à son encontre des poursuites pour sédition et rébellion, chefs d’accusation passibles respectivement de 15 et 30 ans de prison. En attendant que la situation se décante, l’homme a posé ses valises à l’hôtel, du côté de la Porte de Namur.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct