Le califat est mort, pas le djihadisme

Les new-yorkais prient les victimes de l’attaque. ©PhotoNews
Les new-yorkais prient les victimes de l’attaque. ©PhotoNews

L’attentat de New York, venant après les tragédies de Nice, Londres, Berlin, Stockholm, Barcelone et Marseille, témoigne de l’intensité persistante de la menace djihadiste au cœur des grandes métropoles occidentales. Il constitue un nouvel avatar du terrorisme de proximité perpétré contre les démocraties par des citoyens ou des résidents permanents faisant allégeance à l’Etat islamique à travers les réseaux sociaux.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct