Paradise Papers: comment des paravents du Kremlin sont devenus actionnaires de Twitter et Facebook

Paradise Papers: comment des paravents du Kremlin sont devenus actionnaires de Twitter et Facebook

Un investisseur de premier plan dans Twitter et Facebook était lié financièrement à deux sociétés détenues par le gouvernement russe, deux sociétés bien connues pour réaliser les opérations politiquement sensibles du Kremlin. C’est ce que révèlent de nouveaux jeux de documents dévoilés ce dimanche par l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ).

Ces documents montent que l’une des sociétés détenues par le Kremlin, VTB Bank, a injecté 191 millions de dollars dans un fond d’investissement, DST Global, qui a à son tour utilisé cet argent pour acheter en 2011 une large participation dans Twitter. Ces documents montrent aussi qu’une filiale du géant énergétique Gazprom, contrôlé par le Kremlin, a largement financé une société offshore qui s’est mis en partenariat avec DST Global pour réaliser un vaste investissement dans Facebook.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct